Après Bridgestone, maintenant CNIM ?



Depuis le début, je me bats, dans la plus grande discrétion pour plus d’efficacité, afin de trouver des solutions pérennes pour cette activité industrielle française de dimension internationale.

J’ai bénéficié du soutien actif du Conseiller entreprises, attractivité, export du Président de la République, que j’ai rencontré à plusieurs reprises.

J’ai travaillé en collaboration avec le Comité Interministériel de Restructuration Industrielle (CIRI).

Dans un esprit Républicain, j’ai associé la Maire de La Seyne sur Mer à mes démarches, et l’ai conviée à l’un de mes rendez-vous au Palais de l’Elysée en juillet.

Aujourd’hui, une proposition de reprise franco-Française a été déposée, elle est étudiée avec minutie.

Je suis attachée à ce que dans le domaine d’activité des CNIM, l’indépendance de notre pays soit assurée. 

Les CNIM de mon enfance structuraient le paysage varois,

A ce jour, CNIM c’est 1 200 emplois à La Seyne-sur-Mer, premier employeur privé du Var et du cinquième de la région Sud PACA.

CNIM, c’est aussi la locomotive du pôle de compétitivité Mer de la métropole TPM, c’est un acteur majeur de l’écosystème économique du bassin.

Nous devons agir pour sauver ce fleuron de l’industrie dans le Département du Var.

Au-delà des tractations ouvertes sur le marché asiatique, qui laisseraient à mon sens entrevoir la mort de CNIM à court terme, je suis persuadée qu’un groupe français fédéré et fédérateur avec les salariés est capable de sauver ce site en donnant toutes ses chances à la filière environnementale de CNIM de trouver un nouveau souffle.

Je continuerai à mettre toute mon énergie pour que toutes les solutions soient étudiées pour sauver CNIM.


Posts récents
Nous suivre

Tous droits réservés © Cécile Muschotti Députée du Var